Le travail en horaires irréguliers provoque une perturbation importante des principaux rythmes de vie : sommeil, alimentation, vie familiale et loisirs...

Effets sur la santé

  • Troubles du sommeil
    • difficultés d'endormissement, réveils précoces,
    • insomnies, troubles de la vigilance
  • Fatigue
  • Troubles de l'alimentation
    • erreurs diététiques, grignotage, prise de poids
    • consommation excessive d'excitants (café, tabac)
  • Troubles digestifs
    • ballonnement, constipation, douleur d'estomac, ulcère
  • Troubles psychiques
    • dégradation de l'humeur, irritabilité, anxiété et agressivité entraînant la prise de médicaments psychotropes

A long terme

  • risque accru de maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, infarctus

LA DETTE DE SOMMEIL ET LA PRISE DE CERTAINS MEDICAMENTS (SOMNIFERES...) SONT A L'ORIGINE DE LA SOMNOLENCE.

ATTENTION AUX CONSEQUENCES : ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DE LA CIRCULATION.

Lire Travail de nuit, travail posté (équipes alternantes de nuit)

Quelques conseils

Vous travaillez le matin (lever 5h ou avant)

Vous avez une dette de sommeil

  • Faites la sieste l'après-midi, même courte
  • Couchez-vous entre 21h et 22h
  • Collation au lever
  • Petit déjeuner à la pause du matin
  • Déjeuner à la mi-journée

Somnolence maximale vers 9 h du matin

  • Pour la combattre : petit déjeuner au travail
  • Attention : risque de somnolence au volant

Vous travaillez l'après-midi

Ne veillez pas trop pour ne pas décaler votre sommeil

  • Horaires réguliers de repas à respecter au maximum
  • Collation entre 16h et 17h au travail

Vous travaillez de nuit

Vous avez une dette de sommeil

  • Dormez le matin : la double journée est dangereuse Faites la sieste
  • Petit déjeuner léger avant de dormir
  • Horaires réguliers du déjeuner et du dîner à respecter
  • Collation entre 3h et 4h du matin

Somnolence maximale vers 3-4 h du matin

  • Pour la combattre : collation et local de travail bien éclairé
  • Attention : risque de somnolence au volant

Vous êtes de repos Profitez-en pour récupérer

  • Augmentez votre temps de sommeil (grasse matinée ou sieste)
  • Ne vous couchez pas trop tard le soir
  • Horaires de repas réguliers
Il est primordial de ne pas vous mettre en dette de sommeil avant de reprendre le travail 
Télécharger la plaquette d’information

Quelques notions pour mieux comprendre les effets sur la santé du travail de nuit et/ou posté

Définition et rappel réglementaire

Législation sur le travail de nuit

Définition du travail de nuit (cf. Art. L. 3122-29 à L. 3122-31 du code du travail)

Est considéré comme travailleur de nuit tout travailleur qui

  1. Soit accomplit, au moins deux fois par semaine, selon son horaire de travail habituel, au moins trois heures de son temps de travail quotidien durant la période entre 21 heures et 6,
  2. Soit accomplit, au cours d'une période de référence, un nombre minimal d'heures de travail de nuit au sens de ces mêmes articles.

Le nombre minimal d'heures de travail de nuit et la période de référence mentionnés au 2° sont fixés par convention ou accord collectif de travail étendu ou, à défaut, par décret en Conseil d'Etat pris après consultation des organisations représentatives au niveau national des employeurs et des salariés.

En l'absence de définition par une convention ou accord collectif de travail étendu, est considéré comme travailleur de nuit, au sens de l'article L. 3122-31, le travailleur qui accomplit, pendant une période de 12 mois consécutifs, 270 heures de travail.

La durée de travail des travailleurs de nuit ne peut excéder 8 heures par jour et 40 heures par semaine sauf accord de branche.

Législation sur le travail en équipes successives alternantes

La directive européenne du 4 novembre 2003 précise: « tout mode d’organisation du travail en équipe selon lequel des travailleurs sont occupés successivement sur les mêmes postes de travail, selon un certain rythme, y compris rotatif, de type continu ou discontinu, entraînant pour les travailleurs la nécessité d’accomplir un travail à des heures différentes sur une période donnée de jours ou de semaines ».

Le travail posté, comme par exemple les 3x8, 2x8, 2x12 …, fait partie des organisations temporelles atypiques et peut inclure un poste horaire de nuit.

Des notions pour mieux comprendre les effets sur la santé du travail de nuit et/ou posté

Il est important de rappeler que le recours au travail de nuit doit être exceptionnel

  • L’homme n’est pas fait pour travailler la nuit.
  • Beaucoup de fonctions vitales disposent de rythmes circadiens qui ne peuvent pas s’inverser, tout au plus s’adapter.
  • La « Fenêtre du Jour » se situe entre 7 h et 22 h et 80% d’individus se sentent bien pendant cette période, en dehors de cette « Fenêtre » il y a un risque de déséquilibre.

L’horloge interne de l’organisme

Notre organisme possède sa propre horloge interne qui, fortement influencée par le rythme jour/nuit, donne le signal du repos au moment de la nuit alors que le jour est une période de forte activité.

Cette horloge interne ne gouverne pas uniquement les rythmes du sommeil et de l’éveil; elle gouverne de très nombreux rythmes biologiques qui tournent sur 24H (rythmes circadiens) tels que la température interne, la sécrétion de multiples hormones (dont le cortisol « hormone du stress »), le rythme cardiaque et la tension artérielle, la fréquence respiratoire etc…

Le décalage des horaires de travail

Un travail actif qui est effectué la nuit alors que les fonctions biologiques sont en état de repos entraîne une désynchronisation des rythmes.

Le niveau de vigilance est alors réduit, ce qui favorise les erreurs et diminue l’efficacité. Ce conflit continue le jour, le travailleur veut dormir alors que ses fonctions biologiques sont activées.

Le sommeil récupérateur de jour est souvent de mauvaise qualité.

Le travailleur posté est alors dans une sorte d’état de décalage horaire chronique.

Une nuit de sommeil

Est habituellement composée de 4 à 5 cycles de 1H30 à 2H chacun avec des périodes de sommeil

  • Profond, indispensable à la récupération de la fatigue physique
  • Paradoxal qui permet la récupération psychique

La phase de sommeil paradoxal (rêves) s’allonge progressivement au fur et à mesure des cycles pour être maximale au petit matin.

Le sommeil de jour

Est souvent plus court (3 cycles au lieu de 5) et la récupération psychique est moins bonne. Ceci est souvent aggravé par des nuisances liées à l’environnement de jour (bruit de voisinage, de circulation routière, ferroviaire, d’avions, etc.….).

Pour compenser ces effets, l’individu a souvent recours aux excitants la nuit (tabac, café) et aux calmants le jour (somnifères, tranquillisants).

Répercussions sur la santé des salariés du travail de nuit ou équipes alternantes

  • Troubles du sommeil associés à des troubles de la vigilance
  • Déséquilibre métabolique et endocrinien (diabète, cholestérol…) suite au dérèglement chrono biologique
  • Fatigue
  • Troubles gastro-intestinaux
  • Anxiété, dépression
  • Consommation plus élevée de médicaments pour faciliter le sommeil ou à l’inverse rester éveillé 
  • Désadaptation et isolement social, professionnel et /ou familial 
  • Risques cardiovasculaires plus élevés : surpoids, hypertension artérielle

Certaines études évoquent

Quelques propositions pour prévenir les effets sur la santé

L’hygiène de vie du salarié

Le salarié doit opter pour des règles d’hygiène de vie

  • Préservant au maximum son sommeil
  • Apportant une alimentation régulière et équilibrée

Lire Le travail de nuit ou en horaires alternants conseil...

Les conditions de travail

  • Prévoir des temps de pause réguliers
  • Proposer des modes de transport organisés par l’entreprise et veiller à la compatibilité des horaires de travail avec les horaires de transports en commun
  • Changer temporairement d’affectation les femmes enceintes
  • Evaluer régulièrement la pénibilité perçue par les travailleurs 
  • Maintenir une rotation des tâches, pour garantir le maintien de la vigilance des travailleurs

L’organisation du travail

  • Privilégie le volontariat 
  • Limite le travail de nuit pour les travailleurs qui en font la demande
  • Tient compte les contraintes familiales
  • Organise des campagnes collectives de sensibilisation
  • Veille à ce que les travailleurs de nuit bénéficient des services de l’entreprise (formations, actions sociales….)

Les aménagements spécifiques

  • Par l’aménagement des postes (ergonomie, éclairage : niveaux de lumière élevés …)
  • Par l’aménagement des lieux de travail temporaires (chantiers)
  • Par l’aménagement de locaux de repos adaptés (prise de repas chauds) 
  • En mettant en place un dispositif de sécurité adapté pour les risques liés au travail de nuit